Rechercher
  • CB2J

On ne va pas attendre d’être malade…pour bouger !


C’est ce que je me disais en me promenant en forêt avant d’y rencontrer un écureuil éclairant de sagesse... Cet animal devant lequel je m’arrêtais m’a l’air d’un érudit… Il casse des noisettes avec élégance et noblesse, puis les grignote avec délicatesse. Il me regarde et me dit :


Ah ! vous autres humains, vous passez votre temps à bouger pour ne rien faire…

A droite, à gauche, on recule puis on avance, on saute et on creuse...

A l’arrivée, vous obtenez apparemment une maîtrise de la bougeotte, c’est sûr...mais sachez que la bougeotte du non-sens vous rend encore plus agité que vous ne l’êtes... Regarde… Même quand la maladie te touche, tu rêves à la bougeotte : pour t'enfuir, pour t’en sortir, pour te sécuriser. C’est ton seul sentiment envers l’existence... dans la survie, à tout prix. Finalement c’est le non-sens de la vie qui te suicide à petit feu. Néanmoins, je comprends... Il vous faut des chocs, des maladies et autres tribulations pour allumer éventuellement une lampe interne…celle qui vous fait bouger à l’intérieur.


Qu’est-ce que « bouger à l’intérieur » signifie donc?


L’écureuil me répond :

Le paradoxe est de créer en soi un regard qui ne bouge pas, et qui observe ce qui bouge. Imagine-toi être le gond d’une porte. Seule la porte bouge, le gond reste immobile.

C’est en faisant attention à tout ce qui bouge en toi, ton corps, tes émotions, tes pensées, que tous se sentiront exister, reconnus. Alors, tu deviendras bon avec toi, les autres, et le monde, et tout commencera à changer… Un corps reconnu se détend, un cœur reconnu se calme, un esprit reconnu se pose. Quand tu observes tout ce qui bouge en toi, tu deviens une bougie immobile et amoureusement rayonnante dont la seule fonction est de donner du sens et de l’amour à l’action.


Il n’est pas besoin d’être malade pour comprendre que tu peux devenir une bougie éclairante par la prise en main de ta vie, la bonne gestion de ton corps, de ton cœur et de ton esprit qui devient alors fort et observateur. Dès lors, le simple fait de bouger devient un plaisir sans cesse renouvelé...

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout