Rechercher
  • CB2J

Le fauteuil des plaintes

Bonjour les amis. Je voudrai partager une technique qui s’appelle « le fauteuil des plaintes » , qui m’a beaucoup aidé face à la tumeur cérébrale.


Un jour, un thérapeute m’a dit à force de me voir se plaindre de mes maux : « tu t’appelles Cédric et non Calimero. » Ce Calimero, petit poussin avec un œuf brisé sur la tête voit la vie comme une injustice. « La vie est cruelle avec moi. » Ce thérapeute me propose une pratique surprenante. Elle s’appelle « le fauteuil des plaintes. » Il me dit : « prenez un fauteuil ou une chaise et vous vous posez dessus confortablement. Moi je vais m’assoir en face de vous. Quand vous êtes bien installé, vous vous autorisez à me dire vos plaintes pendant 5 mn et vous vous adressez à moi comme si j’étais votre maladie. »



Comprenez mon étonnement. Je me suis prêté au jeu et j’ai déballé à la maladie tout ce que j’avais sur le cœur, tout ce que je pensais d’elle : « C’est à cause de toi que mon corps souffre. C’est à cause de toi que je broie du noir. Je ne t’aime pas. Tu es sale. Tu t’accroches à moi comme une sangsue. Tu n’auras pas le dernier mot. …etc »


J’ai mis en mot ma souffrance sans honte et culpabilité. C’était très étonnant et libérateur. Quand les 5mn se sont écoulées, le thérapeute me dit : ce qui a émergé en moi quand je représente la maladie qui dit : « je souffre de te voir souffrir. » Il y a eu un long silence, j’ai pleuré un peu à l’idée que la maladie me parle. Le thérapeute rajoute : « vous pouvez faire cet exercice chez vous tout seul. Vous mettez une chaise devant vous, et vous faites comme si cette chaise représentait votre maladie et vous lui dîtes vos plaintes. Et quand le temps est écoulé, cette fois-ci vous vous mettez sur la chaise qui représente la maladie et vous vous laissez surprendre par ce qui peut monter en vous à ce moment-là. »


Et toutes les semaines, j’avais ce rdv avec la maladie. Je vous avoue que ça me faisait du bien de me plaindre directement à elle. A force de le faire, je remarquais en moi que c’était plus calme peu à peu. Et par ce calme nouveau, des nouvelles compréhensions sont apparues car la maladie me parlait : avec le fauteuil des plaintes, j’ai humanisé la maladie.

Et elle me dit : « tu peux te permettre de cultiver la gratitude. »

La gratitude, c’est une attitude qui est gracieuse, qui a du cœur et du discernement pour reconnaitre et remercier déjà ce qui est devant soi, et non continuellement se plaindre de ce qu’on n’a pas.


Elle me dit aussi : « tu peux te permettre d’être en confiance. » La confiance en ce qui vous arrive dans la vie, cela passe par se détendre, les muscles les tensions physiques, mais aussi détendre les pensées noires et les émotions négatives, les détendre, cela veut dire lâcher-prise à ses plaintes qui s’agrippent à nous comme un chien s’agrippe à son os, sinon on va souffrir inutilement.


Et de la combinaison de la confiance et de la gratitude, émerge peu à peu l’humour et la légèreté. C’est vraiment bien le fauteuil des plaintes. Essayez ! Et revenez vers moi pour témoigner de votre expérience.


CB2J

84 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout